jeudi 9 octobre 2008

Toutes suites : Mischa Maîsky

Misha Maïsky : 6 cello-suiten ; Deutsche Grammophon 1985 2CD

Pour Mischa Maïsky les six Suites pour violoncelle de Jean-Sébastien Bach représentent les fondements du répertoire de l’instrument. « Si je peux dire que la musique est ma religion, alors ces six suites pour violoncelle sont ma Bible… » Il aime ces suites depuis que son frère aîné lui a offert en 1959 un exemplaire de l’édition Musgyz publiée en 1957 dans laquelle figurait un fac-similé du manuscrit d’Anna Magdalena Bach et sur lequel son frère avait écrit « Travaille aussi durement que tu peux, toute ta vie, pour être digne de cette grande musique . » Plus tard Rostropovitch l’aida à approfondir sa conceptions des Suites. Il découvrit également les enregistrements légendaires que fit Casals dans les années 30, qui lui semblèrent « fou » au départ mais le captivèrent de plus en plus à chaque écoute. « Je réalise maintenant que Casals a exercé sur moi une influence capitale ». Le destin lui permis de rencontrer son maître et de jouer devant lui l’année précédent sa mort. Maïsky considère que la musique de Bach ne doit pas être abordée de façon solennelle . Pour lui, Bach n’est pas un saint mais un bon vivant aimant la bonne chair et le vin. Il a donc enregistré l’intégrale des Suites en 1985, une gravure qui à l’époque remporta de nombreux suffrages et restent encore pour certains une référence. L’anecdote veut que, des années plus tard, passant devant un magasin de hi-fi à Zurich il repéra une paire d’enceintes acoustiques. Il entra et demanda à les tester. Le vendeur mit un CD de démonstration qui contenait la Bourrée de la Suite pour violoncelle en ut majeur. « Je pensais que l’interprète se moquait délibérément de moi – on aurait dit une parodie. Quand j’ai vu que c’était mon enregistrement, je fus consterné. » Pour Maîsky il ne correspondait plus à la manière dont il jouait Bach. Il fut donc ravi lorsqu’on lui proposa de réenregistrer les Suites pour l’année Bach en 2000. « Pour moi, c’est tous les ans l’année Bach. » D’après le texte de Tully Potter

Misha Maïsky : 6 cello-suiten ; Deutsche Grammophon 1999 2CD

Bourrée Suite N°3 dans sa version 1985

1 commentaire:

yann a dit…

c'est bachhh !