mercredi 26 novembre 2008

Panasonic Lumix LX3 : un compact audacieux

Je ne sais pas pour vous, mais pour moi le père Noël est passé de très bonne heure. Travailler plus pour livrer plus. Merci qui ? Comme çà, si d'aventure le cadeau ne me convenait pas, eh bien le soir de Noël je lui allumais la gueule et bouffais ses rennes, au père Noël. Remarquez, je n'ai rien contre les rennes, ni les ours polaires. Je dis cela pour ne pas être emmerdé. Quoi qu'il en soit, le père Noël ben cette année il à du bol .
Car comme cadeau j'ai reçu un bien joli compact construit avec soin. Il a la particularité de disposé d’un zoom Leica certes modeste en zooming 24-60mm, mais record quant à sa focale de 24mm ultra lumineuse puisqu’elle ouvre à f2, contre f2.8 au 60mm. Autant dire que travailler en base lumière sans flash ne lui fait pas peur.
Bien entendu pour un appareil destiné aux photographes il offre le choix entre mode priorité diaphragme, priorité vitesse ou manuelle ainsi qu’un mode programme et une pléthore de mode scènes. Un quadrillage s’affiche à la demande ainsi que l’histogramme à la prise de vue pour les plus pointilleux. Certes, mettre beaucoup de pixels sur un capteur 1/1.63 à tendance à vite brûler les hautes lumières, problème que l’on peut palier en enregistrant ses fichiers en RAW. Panasonic fournit son logiciel maison Silkypix pour un développement des fichiers Raw avant de les convertir en TIF sans compression pour éventuellement les travailler ou en JPEG pour une utilisation immédiate.
Les fichiers du LX3 sont dénués d’aberration chromatique et d’une distorsion maitrisée au 24mm. Il gère également très bien le bruit jusqu’à 400 iso même si sur des fichiers noir et blanc le bruit en haute sensibilité rappelle le grain des émulsions argentiques. Il ne faut toutefois monter trop haut, les 3200 iso étant réservés aux situations extrêmes. Bref, un petit boitier expert à trimballer partout pour des fichiers au format 30x45, comme ceux qui suivent, sans aucun problème.
je sais, cela fait un peu langage ésotérique pour les béotiens mais les débutants aussi peuvent se servir sans coup férir de ce Panasonic Lumix LX3 en optant pour le mode programme qui choisira expositions et vitesses les mieux adaptées selon le sujet et la luminosité du sujet.
Il est vrai que ce Panasonic Lumix LX3 n’est pas donné, mais en cherchant bien on peut le trouver à moins de 400 euros. Les plus fortunés, choisiront le même modèle décliné en version Leica D-Lux 4 mais avec une augmentation prohibitive de 200 euros, prestige oblige.
Pour ma part, je dis merci père Noël.
Chez moi : f2.5-1/60 ème à 1250 iso
Place Igor Stravinsky : f5-1/60 éme à 80 ISO
Centre Pompidou : f7-1/13 ème à 80 iso
Centre Pompidou : f8-1/125 ème à 80 iso
Passerelle des Recollets : f2-1/60 ème à 1250 iso
Rue du Faubourg St Martin : f2.5-1/15 ème à 400 iso
Rue du 9 mai 1945 : f5.6-1/4 ème à 400 iso
Quai de Valmy : f8-1/15 ème à 400 iso
Passerelle des Recollets, quai de Jemmapes : f2.8-1/8ème à 400 iso
Local poubelles : f2-1/10 ème à 200 iso
rue du 9 mai 1945 : f2-1/15 ème à 200 iso
Rue du faubourg St Martin : f2-1/20 ème à 200 iso
RueLucien Sampaix : f2-1/10ème à 200 iso
Photos Papou 2008

1 commentaire:

yann a dit…

les titres des photos font un peu techno :-)))