jeudi 19 juin 2008

Il faut sauver Christian Leveau !

Christian. Copyright Papou 2008.
Ce pourrait être le titre franchouillard d’un remake du film de Spielberg façon 7ème compagnie, question d’exploser le box office. Il n’en sera rien. « Capote Nestor, pas né pas mort ! » disait Coluche disparu hélas il y a 22 ans aujourd'hui. Il avait raison, cet homme là. Un prophète. L’utilisation intensive du préservatif n’étant pas chose étendue à l’ensemble de la race bovine, ce qui devait arriver arriva. Un soir de bal, Martine Rezeda échappe à la vigilance de ses copines et s’est fait engrosser sur le parking par le gros Raoul de Tigoulet. De cette malencontreuse union est né le 11 mai 2008 à vingt-deux heures le petit Christian. La maman et le petit se portaient comme un charme jusqu’à l’arrivée de Bernard, le propriétaire de la laiterie à La Charse, Creuse, prévenu par mes soins de la mise à bas. Bernard constatait alors que le pauv’ mioche ratatiné et transi de froid n’était qu’un mâle. Le verdict est tombé : boucherie. On rigole pas à la campagne. Sur la planète, en général, il vaut mieux être un garçon. Rien de misogyne là-dedans seulement une douloureuse constatation. Chez les bovins il vaut mieux naitre fille. Ni putes, ni soumises, certes, mais génisses et laitières, tel sera leur destin. Pour Christian, ni mec ni mac mais côtelettes et gigots sera le sien. Le boucher en a pris livraison quelques jours plus tard pour le mettre au vert et le remplumer. Il va faire sa tournée chaque jeudi avec la fourgonnette pleine de Christian en morceaux jusqu’à épuisement du stock. Interdiction formelle à ma belle-mère Rosiane d’acheter du Christian. Idem pour les voisins. Du moins en ma présence. Bean Runner a écrit à propos du billet je cherche une tondeuse : Un mouton fait cela tout seul et le soir venu... il rentre sur ces quatre pattes. Merci mister Bean, mais qu’est-ce que j’en fous moi, le soir venu, de mon mouton ? Pareil pour Christian. En appartement à Paris c’est pas pratique : la chambre est petite et Mirabelle, ma chatte, n’est pas très partageuse question territoire. De plus il faudra lui apprendre à se servir du digicode, de l’ascenseur, lui vider ses tombereaux de bouse, le sortir le soir, le tenir en laisse aux Buttes-Chaumont. Il manquerait plus qu’il meugle derrière la porte lors du passage du facteur pour les étrennes de Noël. Tiens, à la rigueur on pourrait le foutre dans la crèche. Remarquez, un veau tout seul dans l’étable à Noël, à tous les coups il va déprimer et nous sucer le tuyau du gaz. Va expliquer çà aux pompiers, après. Non vraiment, ça l’fait pas !

Isabelle. Copyright Papou 2008

Nous reste l’ainée, Isabelle, née quant à elle le même jour sur le coup de seize heures. Je vous promets d’aller la voir à chacun de mes séjours à la Charse, de vous donner de ses nouvelles par voie de blog et de lui raconter des histoires drôles, j’en connais plein, juste pour la faire rire. Dans un monde qui va du mâle au pis, une vache qui rit ce n’est déjà pas si mal.

1 commentaire:

Bean Runner a dit…

2186:
Coluche 200 ans déjà !